Poème qui nous a été envoyé par P.Ballot, fort à propos en ce debut d'année.

Le plaisir d’essence.  (ça commence bien ! )

Dans ce monde de brut de moins en moins raffiné, nous passons Leclerc de notre temps

à faire l’Esso sur des routes, pour, au Total, quel Mobil ?

On se plaint d’être à sec, tandis que le moteur économique,

en ce temps peu ordinaire, est au bord de l’explosion,dans un avenir qui semble citerne.

Il conviendrait de rester sur sa réserve, voire, jauger de l’indécence de ces bouchons qu’on pousse un peu trop loin.

Il y a des coups de pompes ou des coûts de pompes qui se perdent.

La vérité de tout cela sortira-t-elle du puits de pétrole ? Qu’en pensent nos huiles ?

Peut-on choisir entre L’éthanol et L’État nul, voilà qui est super inquiétant!

C'est en dégainant le pistolet de la pompe qu'on prend un fameux coup de fusil.

Je vous laisse réfléchir sur cet axe-là ou sur ces taxes-là...

 

Voilà, voilà, bonne année à toutes et à tous, au plaisir de vous voir ou revoir à l'Usine Aillot.

Merci à P.Ballot, auteur du poème inconnu.

00013-01-a112